Les ZOUAVES Au CORNILLET

Extrait de "La terre de France reconquise", Henri Bordeaux

 

Notre attaque du 20 mai, du Mont Cornillet au Téton, est menée par des régiments appartenant aux division Joba, Ferradini, Aldebert. Elle se déclenche à 16 Heures Vingt-cinq , par un très beau temps. Les objectifs sont atteints au nord du Téton et du Casque et au nord-est du Mont-Haut. Sur les pentes nord-ouest du Mont-Haut et au Mont Blond, notre progression est arrêtée par des barrages de mitrailleuses et d'artillerie. Le mont Cornillet est enlevé par le 1er zouaves, qui atteint l'entrée des souterrains. Cette fois le tunnel est entre nos mains.

L'action du 1er zouaves au Mont Cornillet peut aisément être présentée à part. Elle est un des épisodes les plus fameux de la bataille de Moronvilliers et son récit est digne de clore cet Historique bien incomplet, qui n'a pu que résumer à larges traits l'ensemble complexe de cette difficile conquête.

Les ZOUAVES Au CORNILLET

Le passé du 1er zouaves est un des plus riches et des plus beaux de la guerre. Il fait ses débuts, sous les ordres du lieutenant-colonel Heude, dans la bataille de Charleroi. Il se bat successivement à Clermont (Belgique), Ribemont (Aisne), Villers-le-Sec (Aisne), Montmirail (Marne).Après la Marne, il prend part, avec la 1re armée, aux combats de la Ferme du Godat où il perd son colonel et de nombreux officiers. Au plateau de Craonne, il défend pendant sept jours avec acharnement la ferme de la Creute et le bois de la Vallée-Foulon (19 octobre au 26 novembre 1914), ce qui lui vaut une citation du général de Maud'huy, commandant alors le 18e corps d'armée, auquel il est rattaché.

De l'Aisne, à la fin d'octobre, il est transporté en BeIgique ; à peine débarqués, ses bataillons sont jetés inopinément dans la mêlée sur les bords de l'Yser. La tâche est rude, mais il maintient intact, sous le commandement du colonel de Grandrut, le secteur qu'il a pour mission de garder. Ici se place cet épisode à la d'Assas qu'une citation à l'ordre de l’Armée (19 novembre 1914) a rendu célèbre et dont le héros est demeuré inconnu

Le 12 novembre (1914), à cinq heures, une colonne allemande se portait à l'attaque du pont de Die Gratche, défendu par le 1er zouaves, en poussant devant elle des zouaves prisonniers et en criant : « Deuxième bataillon, « cessez le feu ! » Un instant nos soldats et leurs mitrailleuses interrompent leur tir, lorsque des rangs allemands part ce cri poussé par un des zouaves prisonniers

« Tirez donc, au nom de Dieu ! » Une décharge générale part alors de nos rangs, couche à terre les assaillants et l'héroïque soldat dont le dévouement avait permis aux nôtres de déjouer une ruse. Si le nom de ce brave reste inconnu, du moins le 1er zouaves gardera-t-il le souvenir de son sacrifice qui honore le régiment à l'égal du plus beau fait d'armes de sa glorieuse histoire. Honneur à sa mémoire ! » ,Signé : D’URBAL

Du 10 au 24 décembre (1914), le régiment est appelé à participer à la défense d'Ypres, puis il va tenir les tranchées de Nieuport à la mer.

« Appelés depuis le mois de février, dit le général Rouquerol, commandant le groupement de Nieuport, dans l'ordre général qu'il adresse à ce régiment quand celui-ci sera appelé à d'autres destinées, à la garde d'un secteur difficile, les zouaves ont montré particulièrement dans l'attaque du 9 mai et dans le coup de main du 11 juin, par leur bravoure, leur endurance, leur solidité et leur belle tenue sous le feu, qu'ils étaient dignes de leurs glorieuses traditions. »

Verdun va vérifier mieux encore cette bravoure, cette endurance, cette solidité. Le 11 mars (1916), le régiment, sous les ordres du colonel Rolland, est amené sur la rive gauche de la Meuse alors menacée. La ligne Béthincourt-le Mort-Homme-Cumières est alors le théâtre de sanglants combats dont le 1er zouaves a sa part glorieuse. Quelques mois plus tard (octobre et novembre 1916), il s'illustre au cours de la bataille de la Somme dans l'enlèvement du bois de Chaulnes, du Pressoir et du bois Kratz. Il est cité à l'ordre de l'armée en ces termes

Le 21 octobre 1916, après avoir tenu plusieurs jours, sous le bombardement meurtrier et continu et dans des conditions atmosphériques extrêmement pénibles, a coopéré à l'attaque du bols de Chaulnes avec un allant superbe et dans un ordre parfait, atteignant rapidement l'objectif fixé. Le 7 novembre 1916, chargé, sous les ordres du colonel Rolland, d'enlever Pressoir et le bois Kratz, s'est acquitté de la façon la plus brillante de sa mission, après une lutte très vive à la grenade et en dépit d'une violente tempête de vent et de pluie.

Tel est le passé du régiment qui aura l'honneur, sous le commandement du lieutenant-colonel Poirel, de prendre le sommet du Cornillet et de s'emparer du tunnel.

Pour l'attaque du 20 mai, deux bataillons sont accolés, en première ligne, à droite le bataillon Simondet, à gauche le bataillon Mare ; le 3e bataillon (Alessandri) est en réserve de régiment. La compagnie du génie 15-12 est mise à la disposition du colonel. L'attention de tous a été particulièrement attirée sur la couverture des flancs et le nettoyage de la position. Les troupes sont mises en place dans la nuit du 19 au 20 mai : les compagnies de première ligne placées dans la première ligne, les unités de deuxième ligne dans la tranchée de doublement. Ce dispositif a pu être réalisé sans pertes sensibles, malgré un puissant bombardement.

Pendant toute la journée du 20, l'artillerie ennemie exécute un violent tir de contre-préparation qui ne cause que de faibles dégâts, grâce à la profondeur et l'étroitesse des tranchées transformées en ligne de départ. Notre préparation d'artillerie commence dès le jour à une cadence lente qui va en s'accentuant pour atteindre le maximum d'effet vers midi. Dans l'après-midi, vers une heure, un Allemand se rend; il semble affolé, il prétend que toute la garnison du tunnel est asphyxiée par les gaz et qu'elle va se rendre. Vers deux heures, un détachement d'une trentaine d'Allemands appartenant au 476e régiment, conduit par un sous-officier porteur d'un drapeau blanc, se rend également, disant que la situation des occupants du tunnel est intenable.

A quatre heures et demie, l'attaque se déclenche sous un soleil radieux. Les zouaves sont partis clans un ordre parfait. Cependant, le barrage de l'artillerie et des mitrailleuses ennemies est difficile à franchir. II faut, pour atteindre la crête, gravir sous le feu une pente de 200 mètres, briser de nombreuses résistances locales, mitrailleuses dans des trous d'obus, blockhaus non détruits, et cependant la crête est franchie. Maintenant l'obstacle ne vient pas de face, il n'y a pour ainsi dire plus d'infanterie allemande mais du côté du mont Blond, où sont des mitrailleuses et surtout des barrages d'artillerie, car l'ennemi ne doute pas de sa défaite et déjà il écrase le sommet de ses obus. Sans doute croit-il pouvoir encore protéger les entrées de son tunnel et sauver la garnison. Les zouaves descendent les pentes nord ; le terrain est bien plus bouleversé de ce côté que du côté sud. Ce bouleversement, par la gymnastique qu'il exige, est un obstacle à la rapidité de la progression. La compagnie du génie marche avec les fantassins, transportant ses appareils pour nettoyer les abris et le tunnel. La difficulté est de trouver les entrées, car elles ont été obstruées par le bombardement. La réaction de l'artillerie allemande ne s'exerce que sur le sommet. L'ennemi croit sans doute que le tunnel est encore en sa possession. Donc, sur le versant nord, on est beaucoup moins marmité. On tue ou l'on capture les groupes qui se défendent encore dans les trous d'obus. Une compagnie s'élance même à la poursuite de quelques Boches qui s'enfuient et qui l'entraînent bien au delà de l'objectif assigné, jusque vers Nauroy. Dans la nuit, on fixe la ligne en réunissant entre eux des trous d'obus. Les chefs de bataillon ont installé leur poste de commandement au delà de la crête, sur le versant nord, dans des trous vaguement aménagés en abris. Vers le milieu de la nuit, des ombres cherchent à traverser nos lignes. On les arrête. Nul doute: il y a encore des Allemands vivants dans le tunnel. Mais où sont donc les entrées? Au petit jour, deux Boches qui cherchent à fuir nous font enfin découvrir l’entrée principale qui n'est pas bouchée. Le capitaine Legras et le Lieutenant Crocher viennent la vérifier : ils la trouvent comblée par l’amoncellement des cadavres sur plusieurs épaisseurs. Un obus de 400 est tombé, le 20 dans la matinée sur la cheminée d’aération de la galerie est, a fait effondrer le carrefour de la galerie transversale et écrasé la chambre où se tenaient les deux chefs de bataillon. De plus, un grand nombre d'obus spéciaux ont été tirés sur les entrées. La garnison presque tout entière a péri asphyxiée. Les Aides-Majors Forestier et Lumière, malgré l'horreur du spectacle, l'odeur et le danger, pénètrent à l'intérieur par une fente et en passant sur un matelas de cadavres dont les attitudes et les poses permettent aisément de reconstituer la scène d'épouvante. Tous sont équipés, harnachés, armés du fusil ou pourvus du sac de grenades, prêts à sortir pour une contre-attaque ; cependant ils ont dû se précipiter vers les issues quand ils ont senti l'asphyxie venir, et ils les ont eux-mêmes bouchées par leur agglomération. Leurs traits crispés, leurs corps piétinés indiquent la lutte violente pour l'air et pour la vie. Plus loin dans la galerie, les cadavres sont moins entassés. Voici le poste de secours : un capitaine du 476e, la tunique déboutonnée, a les deux jambes brisées placées dans des gouttières ; au carrefour, des infirmiers sont écrasés par les poutres effondrées. C'est un des pires spectacles de la guerre, une horreur sans nom. Cependant, les deux. médecins, dans cette cohue de morts, trouvent un vivant qu'ils ramèneront au jour. Ils continuent leur lugubre visite. La galerie qu'ils suivent est maintenant cloisonnée par des couvertures. En soulevant l'une d'elles, ils trouvent sur un banc des bougies récemment allumées. Il y a encore des vivants dans ce souterrain. Cependant d'autres explorations ne feront plus rien découvrir. Le colonel Poirel viendra lui-même inspecter les lieux, les officiers du génie y viendront, et le capitaine Texier, de l'état-major de la division Joba, y sera envoyé en mission spéciale, accompagné de l'aide-major Lumière et de l’aumônier Carrere qui tous deux, y ont déjà pénétrés plusieurs fois. Les travaux de déblaiement, d’assainissement et de remise en état seront entrepris immédiatement.

Les 21, 22, 23 mai, l'ennemi écrase nos positions conquises de ses obus lourds. Il tente des contre-attaques qui sont brisées et qui lui coûtent des pertes considérables. Le commandant Simondet, qui a installé son poste de commandement à l'une des entrées du tunnel, voit cette entrée bouchée par un obus qui, pour comble met le feu à un dépôt de cartouches. Le voilà enfermé avec ses téléphonistes et ses agents de liaison dans une prison en feu. Dans la fumée, il aperçoit un trou de lumière. Il a trouvé une issue, il fait sortir son monde et il sort lui-même. Cependant il est blessé et il doit passer son commandement au capitaine Canavy. Tandis qu'il panse son chef de bataillon dans un trou d'obus, l'aide-major Forestier l'entend exprimer des craintes au sujet de son personnel de liaison. Tous ont-ils pu quitter la galerie incendiée? Aucun blessé n'est-il resté au fond? Le major Forestier achève le pansement, puis, malgré le tir des artilleurs boches qui, ayant vu la fumée de l'explosion, s'acharnent sur l'entrée du tunnel, il pénètre une fois de plus dans le couloir sinistre et, quand il revient, il affirme tranquillement qu'il ne reste personne de chez nous dans le tunnel.

Quant aux zouaves, il en faudrait beaucoup citer

Mouillard, par exemple, qui, blessé â mort, déclare que c'est très bien de mourir pour la France, et Galmiche, qui brave la douleur de ses blessures en demandant qu'on ne s'occupe pas de lui, puisqu'il meurt pour son pays; et le mitrailleur Thénier qui, debout sur le parapet, surveille une contre-attaque en marche et qui répond au sergent qui lui ordonnait la prudence : « J'aime mieux mourir debout que couché ».

Le succès du 20 mai tient pour une bonne part à la mise hors de cause avant tout combat de la garnison du tunnel. L'ennemi, pour résister sur les crêtes, avait placé presque tous ses effectifs en première ligne à moins de 500 mètres de la ligne de feu. Il comptait pour ses contre-attaques immédiates sur ses réserves entassées dans le tunnel : ainsi avait-il résisté les 30 avril et 4 mai. Or, le 20 mai, le bombardement avait provoqué l’effondrement intérieur du tunnel, l'obstruction des entrées, l'asphyxie de la garnison. Pas un homme des deux bataillons engloutis dans le tunnel n'a pu intervenir. La valeur du 1er zouaves, aidé à droite et à gauche par les tirailleurs et les zouaves de la division, a assuré la victoire.

Après la prise du Cornillet, le général Joba a pu adresser légitimement à sa division cet ordre du jour

Appelée en Champagne pour vaincre les résistances jusqu'ici opposées à nos armes par la forteresse du Cornillet, la division a la grande satisfaction de quitter le champ de bataille ayant rempli la mission qui lui avait été confiée. Dès l'entrée en ligne, sans distinction de grade, d'arme, d'emploi, les volontés de tous, état-major, troupes, services, se sont tendues dans une admirable unanimité vers le but commun. Le Cornillet conquis, tous ont déployé une farouche ténacité à en assurer la possession, malgré la violence inouïe des bombardements. La discipline et la persistance dans l'effort sont les deux qualités primordiales qui assurent le succès. Ces qualités, la division les possède. Le général commandant la division exprime à tous sa reconnaissance pour la collaboration sans limites qui lui a été offerte et, en même temps, sa fierté d'être à la tête d'une aussi brillante unité. Il s'incline respectueusement devant les morts qui ont acheté le succès du prix de leur vie et qui ne seront pas oubliés par leurs frères d'armes. Après la dure période que nous venons de traverser, la patrie nous demande un nouvel effort. A cet appel, nous répondons : "Présent".

retour vers les historiques

retour vers l'accueil